Raphaël, les sirènes et le poulet

Raphaël, les sirènes et le poulet

D'APRES DES DUOS CELEBRES (ADAM & EVE, ŒDIPE & SPHINX, TRISTAN & ISOLDE...)
Récital scénique avec 5 acteurs et 1 pianiste

Une troupe de fiction déboule dans un théâtre voué à la démolition pour témoigner une dernière fois de la ferveur de son art. Six personnages et un pianiste vont entamer un récital de duos célèbres (Adam et Eve de Haydn, Œdipe et le Sphinx de Stravinsky, Blanche Neige et la Reine de Walt Disney…). Tandis que certains acteurs chantent et que le pianiste joue les thèmes musicaux, d’autres donnent à voir, en contrepoint, des facettes différentes de ces grands sujets. Ainsi les tentatives de séduction, l’amour, la jalousie, la solitude, le désir, l’horreur, le sentiment de l’absolu et de la mort vont submerger et bousculer les acteurs faisant de leurs interventions une performance peu protocolaire.

CREDITS

Conception et mise en scène : Ingrid von Wantoch Rekowski
Assistant : Manolo Sellati
Dramaturgie : Jean-Marie Piemme
Scénographie et éclairage : Stefan Heinrichs
Costumes : Regine Becker
Interprétation : Pascal Crochet, Isabelle Dumont, Cécile Leburton, Pietro Pizzuti, Candy Saulnier
Pianiste : Jean-Philippe Collard-Neven
Régie générale : Jani Afar, Stefan Heinrichs
Production : Théâtre National Bruxelles, Théâtre Martyrs & Lucilia Caesar avec l’aide de la Fédération Wallonie-Bruxelles

PRESSE

« Entrer dans le jeu et en sortir », voilà l’essence du théâtre selon la metteur en scène, qui a à cœur de « chercher dans la simplicité », et ici de débusquer l’humain dans le mythe, de faire s’infiltrer les corps dans des images, des figures qui font partie de la mémoire collective.

La Libre Belgique, Marie Baudet, 11/12/’10

Jouant avec les grandes thématiques qui traversent toute l’histoire de l’art judéo-chrétien, IvWR mêle recherche visuelle, gestuelle et vocale, érudition et rigolade, livrant un spectacle toujours drôle mais jamais parodique.

Le Soir, J-M Wynants 13/12/’10

Au-delà de la succession de duos savoureux et subtils, c’est dans les interstices, les transitions qu’on lit l’essentiel, peut-être, de la pièce, la traduction en suspension des sentiments exacerbés – de l’amour à la désolation, de l’horreur au désir, de la jalousie à la solitude – peints dans cette série de tableaux. Presque une revue, menée avec rigueur : un divertissement joyeux, léger, qui n’oublie pas la profondeur.

Libre Belgique, Marie Baudet, 17/12/’10

Ingrid vWR revient à ses meilleurs ingrédients : un théâtre musical, baroque, aux interprètes accordés/désaccordés. L’atmosphère est délirante, couplée à des tableaux vivants inspirés de la peinture ancienne : un travail raffiné, à l’humour allumé. Sur le thème du couple, ce « cabaret expressionniste » traverse en dérision les mythes : Adam et Eve, Eva Braun et Hitler, Ophélie et Hamlet, Tristan et Yseult…

Le Vif Focus, N.A., 17/12/’10

DATES/LIEUX
26 déc. '18 - Théâtre Martyrs - BE
27 déc. '18 - Théâtre Martyrs - BE
28 déc. '18 - Théâtre Martyrs - BE
29 déc. '18 - Théâtre Martyrs - BE
30 déc. '18 - Théâtre Martyrs - BE
  • Lucilia Caesar
  • Théâtre